LE FORAGE ET LA POMPE : UN AN APRÈS... 
En mai 2015, trois représentants de l'association «De l'eau pour IWOL» ont profité d'un voyage personnel au Sénégal pour retourner à Iwol.
Une année complète s'est écoulée depuis le forage. Après la saison des pluies et surtout la saison sèche,
le constat est rassurant : il y a toujours eu de l'eau
sans interruption ni variation de débit.
C'est une excellente nouvelle ! 

Les villageois ont creusé un petit bassin en contrebas de la pompe afin de récupérer les eaux d'écoulements et permettre ainsi aux animaux du village de s'abreuver. 

Dans le même souci de récupération de l'eau, ils ont par ailleurs en projet de creuser une rigole pour irriguer le futur jardin potager qu'ils veulent créer près du forage.

L'eau est extrêmement précieuse... Les adultes en sont parfaitement conscients : ils gèrent le pompage avec beaucoup de parcimonie de crainte que la source ne se tarisse.

En revanche, les enfants ont beaucoup de mal à réfréner leur enthousiasme, et paradoxalement c'est compliqué de leur faire comprendre que la pompe n'est pas une aire de jeux aquatiques.

Face à cette situation, Jean-Baptiste KEITA (représentant du Chef du Village) a instauré des heures d'utilisation durant la journée. Le soir venu, il verrouille l'accès au moyen d'une ancienne chaîne de mobylette enroulée autour de la pompe et fermée par un cadenas.

Lors de la visite du 31 décembre 2014,  [ —> (re) voir page "Remerciements officiels" ] ce problème a été évoqué à de multiples reprises et notre aide a été sollicitée.
Quelques mois après la demande des villageois, l'association « De l'eau pour Iwol » a pu donner une suite favorable en prenant en charge les travaux de "sécurisation" de la pompe.

Un maçon a été mandaté. Les matériaux ont été acheminés par la piste début mai pendant que les trois représentants étaient à Iwol. Des briques vont donc être fabriquées à la main sur place. Elles serviront ensuite à construire un muret de clôture tout autour de la pompe afin de limiter au maximum les gaspillages intempestifs ainsi que les pillages nocturnes...

Retourner à Iwol a été l'occasion de partager un peu de tradition sportive.
 

En effet, l'un des trois représentants, Eric, Président de l'association « De l'eau pour IWOL » mais aussi ancien rugbyman (3ème ligne), a organisé une initiation au rugby pour les jeunes du village.
Il leur a fait confectionner des maillots et des shorts qu'il a emportés dans ses bagages avec deux ballons ovales munis de leur pompe de gonflage. Ils seront désormais équipés pour s'entraîner, jouer et, pourquoi pas, organiser un tournoi local.

L'initiative a été très appréciée par les enfants et les jeunes d'Iwol ! Bien que les règles du jeu aient été un peu difficiles à expliquer et à faire comprendre (sans compter le "problème" pour faire traduire), ils voulaient jouer sans cesse au rugby malgré la chaleur écrasante qui règne là-bas en cette fin de saison sèche.
Les principes de jeu qu'ils ont parfaitement intégrés sont la mêlée et le placage !
En revanche, "passer un ballon en arrière pour pouvoir aller en avant" a été une notion presque impossible à assimiler...

Ce fut un beau moment de partage et de convivialité, comme le sport sait si bien en générer.
Retourner à Iwol a aussi été l'occasion de découvrir un peu de tradition Bédik.
 

Nos trois représentants ont eu la chance d'arriver à Iwol pendant les fêtes annuelles traditionnelles « AMONDÉ ».
Ils ont eu ainsi le rare privilège d'assister à une partie des rites d'initiation bédik pendant lesquels les "Masques" sont de sortie dans le village...
De leur côté, les femmes et les enfants portent des tenues aux tissus chamarrés et arborent des coiffures typiques très colorées composées de perles et de coquillages tressés dans les cheveux.
Danses, chants et musiques rythment les cérémonies qui s'étalent sur plusieurs jours.

Ce fut un moment unique de grandes découvertes : dépaysement total garanti !